A votre écoute : 05 57 26 09 00 !

Intimité féminine
18 décembre 2019

Les anomalies du cycle menstruel

De l'adolescence jusqu'à la ménopause, le cycle féminin fait partie intégrante de la vie des femmes. La durée du cycle menstruel est en moyenne de 28 jours et durent environ de 3 à 7 jours. Ils peuvent varier d’une femme à l’autre et certains cycles peuvent être perturbés. Retrouvez donc les différentes anomalies du cycle menstruel qu’une femme peut rencontrer au cours de sa vie et de son évolution avec l’âge.

Qu'est ce que les troubles du cycle menstruel ?

Le cycle menstruel est régulé par les hormones et commence par le saignement menstruel qui marque la première phase du cycle menstruel. Pour faire simple, le premier jour des règles (phase folliculaire) correspond au premier jour du cycle. Les femmes, à l’âge de procréer, peuvent rencontrer un saignement vaginal anormal (règles trop abondantes, trop longues ou irrégulières), on parle alors de troubles du cycle menstruel.

Quelles sont les anomalies du cycle menstruel ?

Absence de règles ou aménorrhées

Cela correspond à l’absence d’écoulement menstruel chez une femme en âge de procréer. Il existe deux types d’aménorrhées : primaire (absence de l’apparition des premières règles chez une jeune de fille de plus de 16 ans) et secondaire (absence de règles depuis 3 mois chez une femme déjà réglée qui peut être dû principalement à la grossesse ou à la ménopause). Différentes causes peuvent également engendrer l’absence de règles comme un traumatisme psychologique, la prise de certains médicaments, des kystes ou encore à la suite d’une chimiothérapie.

Cycles trop courts ou trop longs

Un cycle est considéré comme court lorsque sa durée est comprise entre 21 et 25 jours. Mais il peut être inférieur à 21 jours ce qui nécessite la consultation chez un gynécologue. Ce phénomène peut être dû à une diminution de la phase pré-ovulatoire ou de la phase lutéale (post-ovulatoire). Un cycle menstruel est considéré comme long lorsque sa durée s’étend entre 31 et 35 jours. Quand la période pré-ovulatoire est plus longue, les cycles menstruels sont plus longs. Plusieurs causes peuvent être prises en compte : variations liées à l’âge, l’arrêt d’un contraceptif, une alimentation faible en carence ou un changement brutal de poids ainsi que des facteurs extérieurs comme le stress, un changement de vie quotidienne ou la prise de certains médicaments.

Règles longues et abondantes

Saignements importants, fuites malgré l’utilisation de protections périodiques ultra absorbantes, renouvellement de serviettes hygiéniques ou de tampons plusieurs fois par heures et parfois l’utilisation des deux en même temps. Si la période menstruelle dure entre 8 et 10 jours, on parle alors de ménorragie qui peut simplement être dû à un déséquilibre hormonal inexpliqué. Si ce n’est pas le cas, cela peut être dû à certains médicaments, à une grossesse, à certains stérilets, à un fibrome au niveau de l’utérus qui saigne ou encore à une infection génitale.

Règles douloureuses

Maux de tête, mal au ventre, vomissements : on parle alors de dysménorrhées. Des règles douloureuses sont tout à fait bénignes puisque ce phénomène apparait lors de l’ovulation et environ 75% des femmes connaissent ce désagrément au cours de leur vie. Une simple prise d’anti-douleur permet d’apaiser les règles douloureuses. Si celles-ci persistent et deviennent insupportables, n’hésitez pas à vous rapprocher de votre médecin.

Saignements en dehors des règles

On appelle cela des métrorragies et ils apparaissent généralement à l’âge de la ménopause. Le saignement se manifeste en dehors de votre période de règles. Plusieurs causes peuvent être dues à ce saignement anormal : un déséquilibre hormonal ou à une anomalie de l’ovulation, une infection génitale, un oubli de pilule ou la prise de la pilule du lendemain ainsi que certains stérilets. Vous êtes enceinte ? Sachez que grossesse ne signifie pas forcément arrêt des saignements car ils peuvent également apparaître lors de cette période.

Endométriose

Elle reste encore un sujet tabou et peu connu mais de nombreuses femmes souffrent de l'endométriose. La plupart des patientes apprennent souvent des années après) leurs premières règles (en moyenne au bout de 6 ans) qu’elles sont atteintes d’endométriose puisque cette maladie est encore trop sous-estimée. Elle se forme lorsque le tissu endométrial se situe à l’extérieur de l’utérus. Les saignements ne peuvent donc pas s’écouler normalement à l’extérieur du corps. L’endométriose regroupe certains symptômes tels que des douleurs importantes, des règles abondantes, des difficultés pour uriner, une perte de connaissance, des vomissements, des douleurs lombaires et des rapports sexuels douloureux rendant le quotidien difficile voire handicapant (incapacité à mener une vie professionnelle, personnelle et intime normale. La douleur varie d’une femme à l’autre, allant de quelques jours à continuellement, rendant la douleur aiguë et invalidante nécessitant des antalgiques puissants.

Si l’une de ces causes persistent, consultez votre médecin et votre gynécologue. Il procèdera à un examen afin de mieux déterminer la ou les causes de ces anomalies. Sachez également que ces troubles du cycles menstruels sont normaux et ne sont pas toujours synonyme de dérèglement hormonal. Toutes les femmes peuvent être confrontées à un trouble du cycle menstruel en fonction de leur rythme de vie, de leur âge et d’évènements marquants. De plus, si vous ne prenez pas de moyen de contraception hormonal il n’est pas rare que votre cycle menstruel soit irrégulier : les règles peuvent survenir 28 jours après les précédentes, puis trois semaines après, puis 30 jours plus tard.

Article précédent